International publié le 28/04/2021

Violences à Jérusalem

visuel_palestiniensattaquésjérusalem.jpg

Le jeudi 22 avril, de jeunes Israéliens ouvertement encouragés par les organisations suprématistes et racistes du Parti sioniste religieux se dirigent vers Jérusalem-Est, vers la Porte de Damas. Ils veulent « restaurer la dignité juive », ils crient « Mort aux Arabes ». A la Porte de Damas, ils retrouvent la police de Jérusalem qui interdit aux Palestiniens de se réunir en ce mois de Ramadan, comme c’est la coutume. Des heurts ont éclaté entre la police et les Palestiniens. Mais lorsque cette même police, sous prétexte de s'interposer entre les Palestiniens et les nervis d'extrême droite, a imposé son "ordre", on a relevé plus de 105 blessés palestiniens et des dizaines d’arrestations ont eu lieu. Le président de la Joint List à la Knesset, Ayman Odeh a confirmé que les forces d’occupation avaient permis à l’extrême droite d’«organiser un pogrom ».

A Jérusalem-Est, le samedi 24 avril, une manifestation organisée par Peace Now, Hadash, Free Jerusalem et d'autres groupes, a eu lieu en réponse à la diffusion accrue de l'idéologie raciste à travers la ville ces derniers jours. Des centaines de personnes ont appelé les Juifs et les Arabes à s'unir.

En Cisjordanie et à Gaza, les Palestiniens se sont réunis pour protester contre les violences à Jérusalem.

A Jérusalem-Est occupée depuis 1967, annexée au mépris du droit international depuis 1980, les forces d’occupation arrêtent les militants palestiniens qui préparent les prochaines élections à l’Assemblée législative de l’Autorité palestinienne. L'observateur permanent de la Palestine auprès des Nations unies, Riyad Mansour, a exhorté tous les pays « à faire pression sur Israël, puissance occupante, pour qu'il ne bloque pas les prochaines élections à Jérusalem-Est. »

Dans le quartier de Sheir Jarrar, le 2 mai, quatre familles et trois autres le 1er août doivent être expulsées à la suite de la décision des tribunaux israéliens en faveur des poursuites d'expulsion engagées par une organisation de colons.

Ces expulsions sont conformes à la volonté israélienne affichée d’effacer toute présence palestinienne de Jérusalem.
A l’appel d’organisations palestiniennes et de plusieurs dizaines ONG dans le monde, nous faisons circuler le pétition "Stop Israel’s forced displacement of Palestinians from East Jerusalem!"

Une fois de plus nous demandons avec insistance à notre gouvernement qui se dit « vivement préoccupé par les tensions et les violences des derniers jours à Jérusalem, notamment autour de la vieille ville, ainsi qu’en Cisjordanie » et dont l’ambassadeur de France auprès de l’ONU appelle « Israël à ne pas faire obstacle aux élections à Jérusalem-Est et dans le reste des territoires occupés depuis 1967 » ne pas se contenter de mots mais d’agir en reconnaissant dans les plus brefs délais l’État de Palestine dans les frontières de 1967, avec Jérusalem-Est comme capitale et le respect du droit au retour des réfugiés de 1947 et 1967 suivant la résolution 194 qu’Israël a signée.

La France ne peut rester muette quand la collusion entre les forces extrémistes et le gouvernement israélien tend à s’institutionnaliser, elle doit entendre le cri d’alarme des Palestiniens et des Israéliens progressistes.

La France ne doit pas oublier que la sécurité des deux peuples dépend de la justice, du respect du droit international.

Parti communiste français,
Paris, le 28 avril 2021