La paix, notre combat commun ! Conférence internationale organisée par le PCF

Publié le 02 mai 2024

Le 4 mai prochain, le PCF organise une conférence internationale pour la paix. À quelques jours des commémorations de la fin de la Seconde Guerre mondiale en Europe et de la victoire contre le nazisme, à un mois des 80 ans du Débarquement en Normandie, alors que 22 conflits ensanglantent la planète, il est urgent de développer la solidarité internationale pour une politique de paix, de sécurité collective et humaine.

La gravité de la situation est extrême. Nous nous trouvons dans une séquence historique de recomposition armée des rapports de forces entre puissances grandes et moyennes et de redéfinition des aires d’influence, marquée par une montée des nationalismes agressifs et un aiguisement des concurrences capitalistes. Pour les classes dirigeantes, pour les bourgeoisies, la guerre signifie asservissement, pillages, économie de guerre, afin de masquer les fragilités insignes des États engagés dans les conflits.

L’objectif de cette conférence est d’échanger sur notre analyse des causes politiques, sociales, économiques, climatiques des conflits et sur les moyens politiques et économiques pour rompre avec l’engrenage de la guerre et avec les politiques d’hégémonie, de forces et de blocs qui l’exacerbe. L’ambition est de réfléchir sur les moyens d’action pour faire émerger un nouvel ordre global, un autre ordre du monde respectueux de la souveraineté et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, par le respect du droit international, par de nouvelles coopérations économiques et financières et par la constitution d’un nouvel espace de sécurité collective en Europe.

C’est donc poser la question des ruptures nécessaires avec les politiques impérialistes et capitalistes qui provoquent et nourrissent la militarisation des rapports de force internationaux. Cela implique également d’évoquer la recomposition des rapports de force internationaux et les voies qui se cherchent pour un autre ordre international débarrassé des politiques hégémoniques, du dollar par exemple. C’est combattre l’essor des nationalismes et de l’extrême droite qui, de Moscou à Tel Aviv, attisent les haines et les paniques identitaires. C’est enfin analyser l’hégémonie de l’OTAN en Europe et avancer les alternatives possibles, et nécessaires, pour une véritable autonomie stratégique.

La conférence a également pour but de dessiner notre conception de la paix, qui n’est pas uniquement l’absence de guerre, mais qui implique de développer une politique pour des solutions négociées aux crises qui sont à l’origine des guerres. La paix est bien au cœur d’un projet politique émancipateur global car elle se situe au croisement des luttes pour l’émancipation des peuples contre l’impérialisme et les politiques de force, des questions sociales, car les guerres produisent et sont le produit des inégalités, des questions écologiques, car les concurrences dues à la raréfaction des ressources naturelles aggravent les tensions.

De nombreuses organisations communistes et progressistes ont répondu à notre invitation. Nous pouvons citer à titre d’exemple : des forces d’Asie (parti communiste Japonais, parti Toudeh d’Iran, parti Dem – ex HDP-, parti communiste d’Israël), d’Afrique (Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire), d’Amérique latine (Parti des travailleurs du Brésil), et d’Europe (PGE, PCE, PCP, PTB). Des économistes apporteront également leur contribution, à l’image de Martial Ze Belinga, spécialiste du franc CFA, arme de domination néocoloniale de la France. Enfin, nous pourrons également compter sur des représentations diplomatiques, avec notamment la participation des ambassadeurs de la République de Cuba et du Vietnam.

Article publié dans CommunisteS n°994, 2 mai 2024.