Opération « téléphonage »

Publié le 22 mai 2024

Participer à une séance de « téléphonage », ce n’est pas inné. Il peut y avoir de l’appréhension à entrer en contact avec des inconnus, même s’il s’agit d’appeler des personnes qui ont pu à un moment donné signer une pétition.

D’où l’importance de s’être préparé en amont, d’avoir un court argumentaire de quelques lignes pour démarrer la discussion, et une fois celle-ci installée on s’aperçoit vite qu’elle vient sur les problématiques du quotidien vécues par nos interlocuteurs.

L’introduction doit être rapide et aller droit au but. L’appel ne doit pas durer plus de quelques minutes : « Vous avez signé une pétition contre la fermeture de notre hôpital et pour un système de santé pour tous, je fais partie de l’équipe de campagne de… je suis élue... je suis candidat... », etc.)

Une séance « test » nationale a été réalisée ce 3 mai par 10 camarades de l’Essonne pour l’opération « Votre vote compte double », c’est-à-dire que chacun d’entre nous doit pouvoir voter 2 fois par ce biais.

Une grande partie des camarades et des contacts du Loiret ont été appelés. Quasiment tous ont été agréablement surpris de la démarche et nous ont remerciés.

Certaines personnes n’étaient même pas au courant du scrutin du 9 juin, ou n’avaient pas la date si proche en tête, ni les modalités d’un vote à 1 seul tour. D’autres, qui avaient besoin d’une procuration ou qui pouvaient en prendre, en leur expliquant la démarche « votre vote compte double » puisque c’était le sujet principal de l’appel. Quelques-uns avaient aussi besoin qu’on les accompagne au bureau de vote le 9 juin.

Ce type de militantisme permet de mobiliser des deux côtés :

  • Ceux qui appellent, qui se rendent compte de leur propre potentiel à échanger oralement au téléphone, et qui se sentent ainsi intégrés dans la campagne.
  • Les appelés pour toutes les raisons évoquées ci-dessus ; et en laissant l’interlocuteur s’exprimer, de là découle la richesse de l’échange, cela permet de renouer un contact : « on ne m’a pas oublié ».

Nous avons tous dans nos sections, nos fédérations des centaines de contacts récoltés au fil du temps, lors de nos initiatives. Des appels à voter signés, c’est un vivier important pour atteindre notre objectif minimal de 5 %.

Alors exploitons-le ces dernières semaines, lançons-nous et reprenons la main !

Annick Le Poul
membre de l’exécutif départemental de la fédération de l’Essonne du PCF
, maire adjointe Les Ulis.

Article publié dans CommunisteS, numéro 997 du 22 mai 2024.