Urgence culturelle et urgence sociale : soutien à la mobilisation du monde de la culture !

Publié le 14 mai 2024

Il n’y a pas d’émancipation politique sans émancipation culturelle. Il n’y a pas de culture sans création humaine, sans artiste, sans auteur et autrice.

Les actrices et acteurs de la culture appellent à une journée nationale de mobilisation ce lundi 13 mai pour la défense de la culture. L'objectif est double : faire échec au projet gouvernemental qui menace les écoles publiques d'art et de design et combattre la précarité des auteurs et autrices avec l'instauration d'une continuité de revenus.

Dans cette mobilisation, c'est l’existence même de la création qui se joue, pour une culture qui ne soit pas réduite au simple rang de divertissement mais qui nous élève et nous rende libre.

La culture n’est pas une catégorie comme une autre de l’action publique. C’est un élément essentiel pour faire société. Elle permet de développer les imaginaires, de s'émouvoir, de se rencontrer, de partager, de comprendre le monde, de vivre ensemble. Elle donne du sens à toutes nos existences.

Pour qu'elle continue à remplir pleinement sa mission émancipatrice, il y a besoin de politiques publiques qui promeuvent l'accès à la culture, l'éducation à la culture et à la création. Il y a besoin d'un service public de l'art et du design avec des moyens suffisants pour l'enseignement supérieur de l'art. Il y a aussi besoin de lutter contre la précarité dans le champ professionnel de la culture en instaurant un revenu de remplacement pour les artistes-auteurs et autrices. Ce droit nouveau vise à assurer une meilleure protection sociale aux créatrices et créateurs, qui doit être inscrite à l'ordre du jour de l'Assemblée nationale.


Pierre Dharréville, Responsable de la commission Culture au PCF, député des Bouches-du-Rhône,

Le 13 mai 2024.